All for Joomla All for Webmasters
Conseil

CONSEIL

Forts de notre expérience, nous développons des activités de conseil visant à apporter à nos clients les éclairages utiles sur leurs écosystèmes, à les accompagner dans la définition de leur stratégie, et à faire émerger les talents, les compétences et la confiance au sein des organisations, en particulier dans les contextes de changement.

Formation

FORMATION

Nous organisons des actions de formation afin de faire émerger les bonnes pratiques managériales, de permettre aux cadres et cadres dirigeants d'actualiser leurs compétences et enrichir leur leadership.

Innovation

INNOVATION

Considérant que tout accompagnement est indissociable d'une véritable réflexion préalable de fond, nous développons des analyses, produisons de l’expertise et formulons des propositions concrètes et opérationnelles au profit de l'État et des collectivités dans la mise en œuvre de leurs politiques et de leurs stratégies de management et de ressources humaines.

Les Régions, chefs de file de la transition énergétique

Interview de Gérard MESTRALLET, Président de ENGIE

L'interview a été conduite dans le bureau de Gérard MESTRALLET par Conrad ECKENSCHWILLER, expert contributeur Développement durable / Énergie de Régions en mouvement.

Conrad ECKENSCHWILLER

Monsieur le Président,

Je suis très heureux, et vous en remercie vivement, que vous me permettiez, grâce aux années où j'ai eu la chance d'être un de vos collaborateurs directs, de vous poser des questions sur les conséquences pour les Régions de France des bouleversements technologiques et socioéconomiques en cours et à venir, dont le rythme va s'accélérer. Et donc des opportunités à saisir et des risques à éviter pour les régions françaises. Ne rien faire n'étant pas une solution. Votre expérience professionnelle dans différents domaines essentiels à la vie, internationale, environnementale, associative, dans les domaines privés et publics – j'en oublie – est impressionnante ; j'aurai donc plusieurs thèmes à aborder. Commençons, si vous le permettez, par votre activité professionnelle principale, actuelle, de Président de ENGIE, leader mondial dans l'énergie y compris dans les énergies renouvelables.

Vous êtes partie prenante à la révolution (aux révolutions ?) énergétique en cours, qui ne concerne pas que le passage aux énergies renouvelables, mais aussi les économies, la récupération (économie circulaire), les smart grids, le photo voltaïque – y compris sur son propre toit, le transfert d'électricité par internet demain ? etc.

Pouvez-vous s'il vous plaît nous éclairer sur ce qui sera et ne sera pas, et donc sur les conséquences pour chaque région française ? Sur ce qu'il convient d'anticiper ? Sur les conséquences pratiques et sociétales de cette nouvelle révolution industrielle, en particulier pour chaque région sur les conseils à lui donner dans ce domaine énergétique vital « pour ne pas être décrochée » par passivité ou attentisme.

Gérard MESTRALLET

Il est en effet essentiel de comprendre ce qui se passe aujourd'hui au plan mondial.

Nous vivons en fait trois révolutions : technologique, digitale et culturelle.

Technologique d’abord : alors qu'il ne s'était pas passé grand-chose pendant 50 ans dans le secteur de l'énergie, des modifications radicales interviennent : solaire, éolien, biomasse, géothermie douce (micro géothermie) dont on parle moins… Ces nouvelles technologies sont très décarbonées et introduisent une miniaturisation des équipements, ce qui est fondamental pour des acteurs comme les Régions. Jusqu'alors, la tendance était au grossissement – jusqu’à 1 500 MW pour les grosses centrales – le monde de l’énergie était un monde de géants, avec peu d’acteurs, où régions et villes ne pouvaient guère exister. Puis la taille des installations électriques est passée du gigawatt au mégawatt (éoliennes, fermes solaires), puis au kilowatt (panneau solaire) et même au watt, pour recharger son portable par exemple ! Un facteur de réduction d'un million et même un milliard !

Ainsi, chacun peut devenir producteur d’énergie. Cette miniaturisation est aussi importante que le caractère renouvelable de l'énergie. Elle donne aux acteurs, et tout particulièrement aux Régions, une véritable capacité de décider de leur avenir énergétique.

Prenant en compte cette évolution, ENGIE a déjà développé, au profit des collectivités territoriales, des contrats de « diagnostic de situation énergétique » proposant à leurs responsables les options possibles.

Digitale ensuite : l’énergie est bien évidemment touchée, comme tous les secteurs. Cette révolution concerne notamment chez ENGIE nos relations avec les clients, et la gestion de l'ensemble de nos bâtiments et usines : les capteurs permettent de mesurer et d'agir en conséquence afin d'optimiser notre efficacité énergétique.

Enfin, trop souvent oubliée, nous connaissons une révolution culturelle : le monde entier a pris conscience des enjeux climatiques, le grand succès de la COP 21 en témoigne. Les gouvernements, mais aussi les entreprises, les villes et les territoires. Chez les individus également, la relation à l’énergie a changé. Chacun veut connaître l'origine de son électricité : nucléaire, charbon, renouvelable… et souhaite même, de plus en plus souvent, produire lui-même.

Dans ce cadre, les collectivités locales, dans leur rôle de chef de file de la transition énergétique et à travers les grands schémas régionaux, sont amenées à jouer un rôle déterminant.

Loin de se concurrencer ou de se présenter en solutions alternatives, les évolutions des architectures de l'État et des collectivités locales se développent conjointement dans le cadre de la réforme territoriale.

Cette conjonction vise à rendre l'organisation administrative plus lisible et efficace sur l'ensemble du territoire, moins coûteuse et plus soucieuse de la prise en compte des besoins citoyens.

Elle constitue à ce titre un enjeu politique majeur.

L'actualité récente, en raison notamment de l’organisation des élections régionales en décembre dernier, a principalement jeté les projecteurs sur les régions.

Mais il ne faut pas oublier que cette nouvelle étape dans la réforme territoriale concerne également au premier chef les services de l'État en région et plus particulièrement les services interministériels qui se situent dans les 7 nouvelles régions issues d'une fusion. Ce sont en effet près de 46 000 agents de l'État qui sont concernés par ce mouvement de réforme dont 28 000 qui se situent dans les régions ayant fait l’objet d’un regroupement.

Six ans pour convaincre

Janvier 2016 : les nouvelles régions sont en ordre de marche. Élément le plus marquant de la réforme territoriale mise en place par les lois des 16 janvier et 7 août 2015, elles ont passé le cap des élections des 6 et 13 décembre, puis se sont dotées, dans la foulée ou le 4 janvier, des exécutifs qui vont leur donner  ou non  la capacité d'action qu'elles méritent.

La réforme améliore l'existant sur deux axes fondamentaux :

  • elle vise à clarifier et mieux organiser les compétences entre les divers acteurs, État et entités territoriales ;
  • elle donne aux Régions des pouvoirs accrus, le plus souvent sur un territoire beaucoup plus étendu, et une capacité de développement dans les divers domaines d'intervention politique, social, économique…

Elle participe donc de la rénovation de l’action publique, ses conséquences seront directes pour les exécutifs, les services et les personnels territoriaux.

L'équipe Régions en mouvement propose aux responsables de Régions, pour leur permettre d'y réfléchir puis s'ils le décident d'y recourir, de conduire pour leur compte, sur le ou les secteurs qu'ils jugent prioritaires pour leur Région, une analyse benchmark des « bonnes pratiques » déjà tentées ou mises en œuvre dans d'autres collectivités territoriales, notamment européennes, afin de nourrir leur réflexion et d'éclairer leurs prises de décision.

Experts contributeurs

  • Expert Développement durable et Énergie Après des études en France (HEC) et aux États-Unis (Stanford et Harvard), Conrad Eckenschwiller a conduit une carrière industrielle et commerciale dans de nombreux pays,…
  • Expert Santé et Protection sociale Étienne Caniard a terminé sa carrière administrative comme Administrateur Général des Finances Publiques après avoir exercé de nombreuses responsabilités dans le monde de la santé…

Notre équipe

Logiques Publiques, jeune cabinet spécialisé en affaires publiques, et Jean Planet Conseil, qui intervient depuis 20 ans en appui aux entreprises, collectivités et organisations publiques comme privées, ont décidé d'unir leurs compétences au service des Régions, collectivités et services déconcentrés de l'État impliqués dans la réforme territoriale en cours.
Yannick BIYONG Logiques PubliquesDirecteur général de Logiques Publiques, il intervient en tant qu’expert au sein des Services du Premier ministre, de plusieurs collectivités territoriales, à l’ENA, à SC-Po Lille et Rennes et de l’Institut pour la formation des élus territoriaux.
Erica BATTISTONE Logiques Publiques Docteur en organisation du travail, elle accompagne depuis plus de 20 ans les organisations confrontées à des dysfonctionnements majeurs (création ou réorganisation de directions fonctionnelles, fusion, transfert de compétences, positionnement d’agents, introduction de nouveaux modes de gestion et méthodes de management…) ou soucieuses de conduire une évolution rendue nécessaire pour des raisons économiques, administratives ou sociales.
Jean PLANET JP Conseil Une activité professionnelle dédiée depuis 20 ans à l’accompagnement des projets, des managers et des équipes, ancrée sur une double culture publique (Directeur RH, organisation et gestion du Ministère des Finances) et d’entreprise (Secrétaire général d’un grand groupe industriel).